Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'observateur du dimanche

L'observateur du dimanche

Le blog de Benoît de Valicourt - Je vote blanc parce que le bleu est devenu marine et le rouge a perdu de sa passion.


#JeSuisHypocrite

Publié par L'observateur du dimanche sur 19 Janvier 2015, 10:37am

© La Croix

© La Croix

Dimanche 11 janvier, il faisait beau, je suis donc sorti marcher mais manifestement je n’étais pas seul à avoir eu l’idée … plus de 3 millions de Français ont arpenté les rues, il faut dire que le soleil brillait. Mais un truc m’a surpris, ils avaient tous un petit panneau avec leur prénom. Du coup, je suis rentré chez moi, j’ai fait ma pancarte et je suis retourné avec mes promeneurs du dimanche. Ah les cons, ils avaient falsifié leur identité, ils s’appelaient tous CHARLIE, finalement c’était moi le con avec mon « Je suis Benoît » ! Du coup, je suis allé au cinéma et j’ai vu un film russe « Le scandale Paradjanov » sur la vie d’un cinéaste soviétique emprisonné parce que ses films n’étaient pas conformes avec les idées du régime, une simple question de liberté d’expression, toujours elle !

En sortant, j’ai regardé quelques images à la télévision de cette grande promenade ressemblant d’avantage à une photo de Spencer Tunick sauf qu’ils n’étaient pas à poil et pourtant c’était l’occasion rêvée d’exhiber bites et seins en hommage à Charlie Hebdo. Et puis, en regardant de plus près, j’ai vu des gens dans le carré VIP qui ne respectent pas toujours la liberté d’expression dans leur pays et qui sans doute étaient déjà abonné à Charlie Hebdo pour rire en cachette pendant que de simples gens comme Raif Badawi sont fouettés en public. Bande de pervers, limite sado maso …

Lundi, j’ai fait mon cours comme chaque semaine sur l’actualité politique. Je ne savais pas trop quoi dire, tous les indicateurs habituels de notre politique nationale étaient brouillés : le Président de la République et le Premier ministre grimpent dans les sondages, Nicolas Sarkozy est co-président le temps d’une marche et Marine Le Pen se fait silencieuse. Donc, je me lance dans un long monologue sur la liberté d’expression en expliquant à mes étudiants que c’est un truc de riche ou d’inconscient. Je développe et j’en viens à parler de la culture nécessaire pour apprécier la liberté d’expression. Culture, références historiques et recul sont les clés de la liberté d’expression. Je prends comme exemple la une de Charlie Hebdo au moment du Mariage pour tous montrant Dieu le Père sodomisé par Son fils Jésus-Christ Lui-même godé par le Saint-Esprit représenté par un triangle maçonnique ! Là, tout de suite, je ne suis pas sûr que les marcheurs de dimanche qui avaient manifesté contre le Mariage pour tous se marrent … tant pis pour eux, faut prendre du recul s’ils ne veulent qu’on les … !

Hier matin, impossible de trouver le dernier exemplaire du plus grand journal de tous les temps, guide spirituel de millions de lecteurs qu’il faudra penser à rebaptiser Pravda Hebdo. Cinq millions d’exemplaires distribués dans 25 pays, Mahomet version Luz fait le tour du monde et l’humour pipi-caca de nos gauchistes franchouillards va faire rayonner la culture française. Me voilà rassuré, le génie français n’est pas mort, l’exception française non plus !

En achetant Charlie Hebdo, vous saurez tout sur le zizi, le laid, le beau, le circoncis, le rabougri, sur celui de Mahomet qui lui sert de nez, ô gué, ô gué ! J’adore cette culture potache, vulgaire à souhait qui jusqu’à présent faisait rire quelques milliers d’extrémistes de la bêtise et de la méchanceté et qui depuis ce 14 janvier se retrouve entre les mains de vieilles rombières, de messieurs très dignes dans leur veste de tweed avec rosette (pas celle de Lyon !) à la boutonnière s’ils ne l’ont pas avalée en feuilletant l’hebdo des cuisses écartées et des curés sodomisés. J’adore !

Elle est belle ma France drapée dans ses valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité battant le pavé pour la liberté d’expression. C’est vrai qu’on a fait des progrès depuis qu’il y a les réseaux sociaux ; on peut tout dire et surtout n’importe quoi en se cachant derrière un pseudo : @Tengocharlie2015 a retweeté votre retweet de @mahomet666 « #enfer et damnation gribouilleurs mécréants ». Nous voilà bien avancé, je sens que le débat va être chaud !

Heureusement le Président de la République veille et redit à qui veut l’entendre que la France est un pays laïque, d’ailleurs si vous en doutez, je vais vous le prouver : nous avons un ministre des Cultes en la personne de Bernard Cazeneuve qui déclarait sur RTL « ce n’est pas un délit de prôner le djihad », nos impôts financent les lieux de cultes, nos jours fériés sont calés sur les fêtes chrétiennes et nos cantines servent des repas cacher et hallal. Si vous n’appelez pas ça laïque, vous êtes de mauvaise foi !

Moi, j’aime bien l’idée d’un pays laïque, c’est plus œcuménique, pas de préférence, on est tous égaux, on a un Dieu qu’on partage et on s’arrange avec lui dans l’intimité. D’ailleurs, mieux vaut s’adresser au Bon Dieu qu’à Ses saints donc inutile de croiser des curés, des imams, des pasteurs ou des rabbins. Sauf que ces gens-là sont utiles, ils interprètent la parole de Dieu, expliquent comment faire l’amour, comment avoir des bébés, pourquoi pardonner, ce qu’il faut manger ou ne pas boire pour garder la ligne, ce qui est bien, ce qui est mal, bref tout ce qui nous permet de vivre en homme libre à qui on a donné la liste des interdits. Mais comme cela ne suffit pas, l’Etat en rajoute une couche et en gros nous dit à peu près la même chose que la religion en s’adaptant aux époques. Donc, je propose que dans une République Laïque et Socialiste comme la France, les serviteurs de Dieu soient nommés par le ministre des Cultes ce qui favoriserait le contrôle des prêches. Certains pays du bloc de l’Est le faisaient et ça filait doux, pas de manifestation à la con, pas de caricature blasphématoire, pas de débat sur le sexe des anges, un seul mot d’ordre : donner au peuple sa dose d’opium et qu’il foute la paix aux dirigeants qui transgressaient allègrement les règles édictées pour devenir un homme libre.

Liberté, je chéris ton nom ! Liberté d’expression, liberté de croire, liberté de s’opposer, c’est beau, j’en ai des frissons surtout quand je pense à tous les intimidés, les persécutés, les virés, les blacklistés, les placardisés, les outés, les diabolisés, les lynchés, les humiliés parce qu’ils ont osé ouvrir leur gueule ou simplement donner un son de cloche différent du politiquement correct, expression parfaitement antinomique avec liberté d’expression. Ah mais non, j’oubliais l’exception française : « Tu es libre de t’exprimer dans un cadre politiquement correct » ! Ça s’appelle comment déjà quand tu as le droit de dire ce qu’on te dit ? J’ai oublié … euh, mais non je déconne, je n’ai pas envie d’être censuré !

A bientôt j’espère !

Article publié sur Atlantico.fr le 16 janvier 2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents