Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'observateur du dimanche

L'observateur du dimanche

Le blog de Benoît de Valicourt - Je vote blanc parce que le bleu est devenu marine et le rouge a perdu de sa passion.


Cinq slogans, cinq conceptions de la France

Publié par L'observateur du dimanche sur 20 Mars 2017, 15:56pm

Les slogans des principaux candidats à l’élection présidentielle expriment des visions et des conceptions de la France très différentes mais pour quatre d’entre eux avec un socle commun la France en tant que Nation. Mais ce n’est pas le tournoi des Cinq Nations, le FN ayant choisi un slogan disruptif par rapport à ses concurrents, n’utilisant pas le mot France sans soute trop évident quand on entend incarner la Nation au nom du peuple.

Une volonté pour la France

Pour François Fillon, son combat est volontaire, il s’inscrit dans une démarche pugnace nécessaire pour prendre les décisions qui s’imposent dans un contexte particulier de crise politique, sans faiblir et en surmontant les obstacles. Ce slogan ne pouvait être que celui de Fillon et il traduit incontestablement la situation personnelle de l’ancien Premier ministre qui doit se battre et conduire à son terme cette campagne électorale sans faiblesse en forçant un parcours semé d’embuches. Et inconsciemment ce slogan dénote l’incapacité pour le candidat des Républicains à dissocier sa personne de l’Etat, de la chose publique. Il est au service de l’Etat - ou inversement, l’avenir judiciaire de François Fillon nous le dira – et à ce titre sa personne se mélange avec l’Etat ne faisant plus qu’un mélangeant la volonté qu’il a à se maintenir avec la volonté qu’il doit incarner pour conduire les réformes qu’il juge nécessaire. Au début de la campagne, il avait le courage de dire la vérité mais pris dans un flagrant délit de mensonge, Fillon estime que la France n’a pas forcément besoin de connaître la vérité, l’intérêt supérieur de la Nation est ailleurs, il est celui de partir au combat sauver la France comme en 1792 quand l'Assemblée législative a demandé à tous les volontaires de rejoindre Paris pour défendre la patrie en danger.

Au nom du peuple

Au Front National, le peuple c’est la France. Il est donc inutile de rappeler dans son slogan le nom France qui est induit dans le nom du parti puisque la Nation est incarnée par le peuple de France. Le FN a toujours voulu représenter le peuple ; le peuple contre les élites, le peuple contre l’establishment, le peuple contre l’Europe. On se souvient des affiches "Le Pen – Le peuple" montrant un Jean-Marie Le Pen s’adressant à une foule. Il y a eu aussi, lors des grandes messes en l’honneur de Jeanne d’Arc, le slogan « Le peuple d’abord » avec toujours la même mise en scène, celle d’un leader qui conduit le peuple. Cette référence au peuple est pourtant totalement éculée voire synonyme de tous les régimes qui ont annihilé la volonté du peuple. Toutes les démocraties populaires ont agi au nom du peuple – contre le peuple ! – pour lui imposer ce que la nomenklatura avait décidé. Marine Le Pen ne change pas fondamentalement l’ADN du parti créé par son père pour qui le peuple a besoin d’un guide. D’ailleurs, ne dit-on pas que l’élection présidentielle est la rencontre d’un homme avec le peuple ?

Libérer la France, protéger les Français

Pour Emmanuel Macron, la France est occupée ! non pas par un ennemi lourdement armé mais par une administration et des syndicats qui entravent la liberté de travailler. Une fois la France libérée du carcan administratif kafkaïen, les Français retrouveront les conditions nécessaires à leur épanouissement en respectant la liberté tout en préservant le principe d’égalité. Alors Macron se devra de les protéger dans un élan de fraternité. C’est la difficile synthèse du candidat d’En Marche ! qui ne veut pas renier ses idéaux de jeunesses et qui sait que la richesse est créée par ceux qui se mettent à risque en entreprenant. Il y a dans ce slogan un côté terriblement enfantin qui rappelle les héros des dessins animés des années 80 qui devaient sauver leur planète, leur cité et protéger ceux qui y vivaient. Macron veut être le sauveur de la France et le protecteur de son peuple, il n’incarne pas le guide mais celui qu’on attend pour nous sortir d’une mauvaise situation … mais le genre humain est oublieux !

Faire battre le cœur de la France

Comme tout le monde le sait, le cœur est à gauche et le cœur est le symbole de l’amour. La France est le pays de l’amour, les Français seraient les meilleurs amants du monde et l’amour s’exprime par le baiser mais pas n’importe quel baiser, le French Kiss !

De là à imaginer que pour redresser la France il faut savoir aimer, il n’y a qu’un pas. Mais le cœur de la France, c’est aussi son économie, son industrie, ses idéaux, son agriculture, son histoire, son innovation, sa culture. Pour Hamon, la France c’est aussi la justice sociale, le partage, les droits de l’homme et le cœur de cette France-là s’est arrêté de battre. Mais Benoît Hamon s’est-il posé la question de savoir pourquoi il s’est arrêté de battre ? Un cœur, c’est fragile, lorsqu’il est trop sollicité il se fatigue et il lâche. Le cœur de la France d’Hamon est fatigué de donner, de dépenser, de courir après les injustices du monde, il a sans doute davantage besoin d’une pause que d’un défibrillateur cardiaque.

La France insoumise

Il n’est pas le Che mais le digne héritier de Castro qui n’entend pas se soumettre aux diktats de l’argent, de l’Europe, des Américains. La France est libre, la France n’est pas soumise, la France est rebelle et dans son histoire elle a toujours fait preuve de courage, de Jeanne d’Arc à de Gaulle en passant par Napoléon Bonaparte. Mais la France insoumise qu’entend incarner Mélenchon serait celle de la Révolution qui lutte contre l’oppression et l’injustice ; seulement cette France de 1789 n’a pas réellement lutter, elle a été manipulée par une bande de propriétaires fonciers et de notables qui entendaient renverser les rôles du pouvoir. La France insoumise, c’est celle du cœur, pas celle de la revanche.

Cinq slogans, cinq conceptions de la France pour les prochaines années avec en filigrane l’absence d’un avenir européen comme si la France n’était pas la colonne vertébrale de l’Europe. Cette absence en dit long sur la projection de ces cinq candidats dans un monde inspirationnel où la mobilité, la découverte, l’enrichissement culturel sont les atouts indéniables pour lutter contre l’obscurantisme dans une France volontaire, libre, protectrice, juste, aimante, insoumise et profondément populaire en Europe et dans le monde.

crédit : AFP - Article publié sur atlantico.fr

crédit : AFP - Article publié sur atlantico.fr

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents