Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'observateur du dimanche

L'observateur du dimanche

Le blog de Benoît de Valicourt - Je vote blanc parce que le bleu est devenu marine et le rouge a perdu de sa passion.


Lettre ouverte à Alain Juppé

Publié par L'observateur du dimanche sur 12 Janvier 2007, 17:40pm

Et bien voilà, c'est fait, Nicolas Sarkozy a été désigné par l'UMP pour porter les couleurs de son parti à l'éléction présidentielle. 98,1%, pas mal ! Vous me direz ce n'est pas très difficile quand il y a un seul candidat. Les socialistes avaient le choix, le mot "démocratie" doit être inscrit dans le "petit françois" !

Je ne suis ni content ni désolé pour l'UMP, je regrette seulement qu'il n' y ait pas eu de véritables primaires. Que vont faire MAM, Villepin et surtout le Président Chirac ? En tout cas, j'aurais aimé que Juppé présente sa candidature. En août dernier, je lui avais écrit pour lui dire qu'il devait jouer un rôle important ; peut être le fera-t-il plus tard ? je publie ici cette lettre :

"Monsieur le Premier Ministre,

Si dernièrement, je m'étais permis de vous écrire pour vous dire que je pense que vous devriez être un acteur majeur lors des prochaines éléctions, aujourd'hui je me permets de vous demander de nous aider à construire la France de demain.

Les rivalités que l'on observe sont malsaines, les promesses stupides et la médiatisation puérile. Les sujets sont graves et les causes du malaise dans lequel la France se trouve sont connues et pourtant rien ne bouge.

Comment accepter un régime de retraite à double vitesse avec des injustices qui placent nombre de retraités dans le besoin ?

Comment accepter que la France travaille moins que certains pays qui deviennent nos fournisseurs ?

Comment accepter que des mesures comme le CPE dont l'initiative aurait permis à nombre de jeunes issus de l'immigration de trouver un premier job, soient retirées sous la menace de syndicats dont moins de 10% des salariés sont adhérents ?

Comment accepter que le Code du Travail freine le licenciement quand des milliers de chômeurs pourraient travailler à la place de ceux qui ne répondent pas aux attentes de leurs employeurs ?

Bien sûr, je pourrais continuer mes questions, mais vous connaissez tous ces sujets mieux que moi. Vous pouvez apporter des solutions car vous seul avez le courage politique pour porter un projet d'avenir. La vengeance ne vous habite pas, l'ambition ne vous aveugle pas. Vous avez prouvé votre sens politique quand vous vous êtes attaqué au problème des retraites ou quand vous vous êtes retiré de la scène politique. Vous avez l'expérience nationale et internationale, vous avez le charisme et la modestie que nous attendons d'un chef d'Etat, vous respectez nos institutions et vous portez la France dans vos trippes comme le Général de Gaulle avant vous l'a portée.

J'ai 35 ans et je ne veux pas être déçu, je veux encore croire que nous pouvons voter pour un cndidat et non contre un candidat. Je veux croire que le droit de vote ne doit pas être influencé par les sondages d'une presse plus intéressée par la vie sentimentale de notre élite que par les projets qui nous sont proposés.

Je veux vivre dans un pays où la valeur du travail est reconnue, où la compétition est saine, où la nation est aimée, où l'étranger est acueilli pour participer au projet qu'un peuple construit pour son avenir.

Originaire des Landes comme vous, j'ai appris que notre département, marécageux sous Napoléon III, est devenu une terre d'accueil belle est hospitalière, et cela grâce à la volonté d'un homme déterminé. Pour la France, nous pouvons aussi le faire !

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Premier Ministre, l'expression de mes salutations respectueuses."

 

 

© Europe1.fr

© Europe1.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

taralalilou 27/09/2007 16:36

Moi, non plus, je n'ai pas lu que les chômeurs étaient des fainéants. J'ai  cru" lire, qu'il y a des chômeurs qui s'acharnent à chercher du travail et qui pourraient travailler à la place des salariés qui ne font rien, qui coûtent cher à leur entreprise, à l'abri d' un CDI en béton. Oui, c'est comme ça, que j'ai "compris" l'auteur du blog. Personnellement, à la recherche d' un emploi, je n'ai pas "diabolisé" le CPE, qui n'était pas pire que des CDD à répétition, souvent hors législation du travail. Un jeune qui décroche un premier contrat de deux ans après ses études , c'est déjà pas si mal, ça lui permet de "tâter" la vie active, et d'apprendre à travailler avec ses concitoyens, qui est autre chose que de vivre avec...je ne pense pas que les chefs d'entreprises soient tous des "esclavagistes" comme le prêchent souvent les syndicats. Je crois sincèrement qu'il existe des hommes et des femmes bien, à la tête d'entreprises, qui valorisent les compétences et les qualités de leurs employés et qui les gardent, lorsque les deux parties (employeurs / employés) se rendent compte qu'ils ne font plus qu'un"  et qu'ils vont faire du bon boulot ensemble (oui ça existe) . Un contrat de deux ans pour apprendre à bien se connaître Employeur - Employé et découvrir ce que chacun peut déployer pour offrir à l'autre, je trouve que ce n'est pas de trop... Parce que signer un CDI au bout de six mois et se rendre compte que la période d'essai n'était finalement pas suffisante pour "tout comprendre", c'est un peu comme un contrat de jeunes mariés, non?

romain 19/01/2007 10:16

Votre lettre est réellement caricaturale:les chomeurs ne sont pas des fainéants qui ne veulent pas bosser, au moins la grande majortié d'entre eux....

L'observateur du dimanche 20/01/2007 08:44

Mais à quel moment ai-je dit qu'ils sont fainéants ?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents