Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'observateur du dimanche

L'observateur du dimanche

Le blog de Benoît de Valicourt - Je vote blanc parce que le bleu est devenu marine et le rouge a perdu de sa passion.


Politique, entre sophisme et réalité

Publié par L'observateur du dimanche sur 21 Janvier 2007, 23:31pm

Catégories : #observateurdudimanche

Depuis mon adolescence, j’ai toujours eu un grand intérêt pour la politique. Mes idées ont évolué, mes lectures et les personnes que j’ai rencontrées ou avec qui j’ai travaillées m’ont aidé à construire ma « pensée politique ». Le terme est bien présomptueux, je vous l’accorde mais je n’arrive toujours pas à me situer sur l’échiquier politique français, je ne peux donc pas adhérer à un parti politique.
Si je devais définir ma pensée, je pourrais dire que je rêve d’un Etat dont les pouvoirs régaliens sont affirmés, assurant aux citoyens l’éducation ou la santé.
Je suis favorable aux grandes entreprises publiques (EDF, SNCF, AIR France, …), j’ai été contre la privation de France Télécom, je crois que La Poste doit rester un service public ainsi qu’EDF, que les autoroutes doivent être gérées par l’Etat.
 
Cependant, je crois aux libertés individuelles, à la valeur du travail, à l’engagement des citoyens pour leur pays. Je crois à l’accueil de l’étranger, à l’intégration des femmes et des hommes qui ont choisi la France comme terre d’accueil, mais je ne crois pas à l’assistance sans contre-partie, je ne crois pas que l’on puisse construire une société moderne sans demander à chacun de contribuer aux efforts de l’Etat.
Je ne comprends pas que l’impôt sur le revenu concerne une personne sur deux, parce que les revenus les plus bas sont exemptés ; il ne s’agit donc plus d’un impôt sur le revenu mais d’une taxe sur l’argent.
 
Je crois à la liberté de chacun de pouvoir contester, de pouvoir participer à la construction des lois ; aujourd’hui 577 députés définissent les lois pour 60 millions d’habitants et ils ne représentent pas la population dans son ensemble.
La seule sanction que permet la démocratie est de ne pas reconduire celui pour qui vous aviez voté … belle idée ! A quoi correspond le suffrage universel, si le peuple dans son ensemble n’est pas représenté parce que les modes de scrutin favorisent les grands partis.
 
Depuis 2 ans, je me pose la question d’un éventuel engagement pour participer à la vie politique lyonnaise. Il semblerait que vouloir « faire de la politique » n’est pas facile.
Les discussions que j’ai eues avec les uns et les autres m’ont laissé perplexe ; je me souviens d’un dîner avec un jeune conseiller général du Rhône à qui je demandais comment il fallait faire pour être sur une liste. Sa réponse m’a médusé, il m’expliquait qu’il y a un tarif en fonction du poste auquel on prétend (conseiller d’arrondissement, municipal, maire d’arrondissement, conseiller communautaire …) ; je n’ai pas demandé combien « coûte » le poste de maire de Lyon, j’ai préféré reprendre du vin !
 
Un autre me disait qu’il attend que les uns et les autres se pressent pour soutenir son chef ; il me semblerait plus logique d’aller à la rencontre de celles et ceux qui peuvent apporter quelque chose par leurs implications dans la vie locale, leurs idées ou leurs savoir-faire.
 
Si c’est cela que les professionnels de la politique veulent proposer aux citoyens, il y a un réel danger pour notre démocratie. « Faire de la politique », c’est pour moi participer à la vie de la Cité, apporter des idées, observer, proposer, ce n’est sûrement pas calculer sauf bien sûr les dépenses par rapport aux recettes.
 
Lyon, le 21 janvier 2006.
© histoirencours.fr

© histoirencours.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fred 12/02/2007 01:41

Benoît, Benoît, Benoît...!!!! Tu sais la sympathie que je te porte et je sais la fougue qui est la tienne... mais enfin : n'oublies pas que certaines questions obligent que leurs réponses soient lues avec du recul, un second degré (pour le moins), voire un humour certes caustique mais surtout pratique... pourquoi accabler le(s) meilleur(s) d'entre nous ?

L'observateur du dimanche 12/02/2007 17:26

Mais qui est (sont) le(s) meilleur(s) d'entre nous ?

Karine 29/01/2007 06:01

curieusement oui

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents