Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'observateur du dimanche

L'observateur du dimanche

Le blog de Benoît de Valicourt - Je vote blanc parce que le bleu est devenu marine et le rouge a perdu de sa passion.


A tous mes amis

Publié par L'observateur du dimanche sur 3 Décembre 2012, 06:41am

Amis personnels, amis politiques, amis professionnels, régulièrement vous m’expliquez que vous me trouvez trop critique et vous pensez que cela me nuit, même si vous trouvez que ce que je dis est vrai, frappé au coin du bon sens.

Je me souviens que papa me disait toujours que lorsque j’étais enfant et adolescent je ne trouvais rien d’assez bien, d’assez beau ou personne d’assez intelligent et que je recherchais un certain idéal, à travers les hagiographies des hommes qui ont marqué l’histoire, et je sais aujourd’hui que souvent l’histoire a été falsifiée pour que les pires des salauds aient une part de légende héroïque, ou dans la pureté du rite dominical de l’Eglise catholique au point d’avoir suivi une propédeutique pour répondre à l’appel de Dieu, mais je suis resté sourd.

J’aime cette recherche de la perfection, j’aime les ordres dorique, ionique et corinthien, j’aime l’Art Déco et le constructivisme russe, j’aime le nombre d’or cher à Le Corbusier, j’aime l’exigence de la perfection.

D’aucuns disent que je suis caractériel, paranoïaque et rancunier. Cela fait beaucoup pour un seul homme et je reconnais bien volontiers que ces qualificatifs ne font pas de moi celui dont on recherche la compagnie ! Et pourtant, s’ils savaient !

Caractériel, je ne le suis pas même si je suis certes critique, parfois taquin, mais jamais injuste ou violent, ou du moins plus depuis que j’ai pris de grandes gifles violentes et injustes.

Paranoïaque, c’est trop d’honneur, mais je sais qu’il vaut mieux voir venir les coups pour les éviter et manifestement je n’ai pas été assez parano !

Rancunier ? non, car je pardonne mais encore faut-il me demander pardon pour que je puisse l’accorder.

Oui ma responsabilité d’homme engagé est de pouvoir tout dire car la liberté de le faire nous la devons à celles et ceux qui se sont battus pour que nous en jouissions. Je revendique ma liberté, celle de penser, celle d’agir mais aussi ma liberté de ton, toujours un peu décalé mais jamais irrespectueux.

©medef

©medef

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents