Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'observateur du dimanche

L'observateur du dimanche

Le blog de Benoît de Valicourt - Je vote blanc parce que le bleu est devenu marine et le rouge a perdu de sa passion.


Le sondage de l'UMP

Publié par L'observateur du dimanche sur 16 Mars 2013, 09:02am

Dans quelques jours l’UMP organisera un sondage à Lyon pour désigner le candidat « officiel » de la droite lyonnaise aux élections municipales de 2014. Si l’idée peut sembler séduisante parce qu’aucun leader naturel ne s’impose, il me semble inquiétant pour un mouvement de ne pas avoir de leader politique et d’assister à une guerre interne étalée sur la place publique. 

 Mais ce qui est à mon sens plus grave, c’est l’évolution de notre démocratie. Depuis les années 60-70 l’outil « sondage » est fortement crédibilisé, l’engouement  pour  ce dernier et la diffusion rapide de son emploi ont justifié l’émergence d’interrogations scientifiques portant sur l’avènement d’une « démocratie d’opinion ». Et c’est là que le bât blesse car la « démocratie d’opinion » trouve sa limite dans l’omniscience prêtée au sondé. En effet, son avis n’est qu’un leurre tant les conseillers en politique cherchent à infléchir l’opinion des sondés sous le regard partisan des journalistes politiques qui analysent les performances des politiciens en égratignant au passage celles et ceux que leur rédaction n’ont pas choisi.

S’agissant des municipales de 2014 à Lyon, le sondage sur la base des éléments d’aujourd’hui serait une supercherie car sur quels éléments objectifs se baser ? Un nom, un physique, un sourire, une image qui colle à la peau ou encore l’appartenance à une communauté ? Cela est dangereux et serait un déni de démocratie. Si interrogation de la population il doit y avoir, alors il faut que cela se fasse sur la base d’une présentation concrète des propositions pour Lyon et son agglomération de la part de chaque prétendant. Il serait pernicieux d’être désigné et ensuite de venir présenter un programme.

Quant aux primaires, elles seraient l’expression d’une compétition interne sur la place publique avec tous les travers que l’on a pu observer à l’UMP et au PS.

Alors, sincèrement, je crois que le choix du candidat de la droite doit se faire par étape dans le respect des formations politiques et de leurs adhérents. C’est à eux de désigner leur candidat et ensuite aux différents candidats des formations de droite, issues des rangs de l’ex majorité, de se plier à une primaire, réservée aux seuls adhérents des formations politiques et associations de soutien des candidats pour qu’un seul leader affronte le maire sortant avec le soutien de ses pairs et des citoyens engagés pour l’avenir de leur cité.

Dans ces conditions, la légitimité du leader de la droite sera incontestable et les chances de victoire renforcées. 

Le sondage de l'UMP
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents